Les tests
test.jpg

Qu'est-ce qu'un test PCR ?

Il est plus connu sous son abréviation PCR. Le test « Reverse Transcriptase-Polymerase Chain Reaction », autrement dit RT-PCR, est devenu la référence en matière de dépistage du virus SARS-CoV2.

 

Le test virologique PCR (de réaction en chaîne par polymérase) permet de déterminer si une personne est porteuse du virus au moment du test. ll consiste à repérer la présence du virus SARS-CoV-2 (responsable de la maladie Covid-19) dans l’organisme de la personne, plus précisément dans ses voies respiratoires hautes.

Explications du docteur Pascal Sacré

Comment fonctionne-t-il?

La technique est une technique moléculaire d'amplification des acides nucléiques.

C'est une technique très spécialisée, complexe qui comporte de nombreuses étapes et nécessitant des outils, des machines, des calibrations précises.

Tous les laboratoires ne savent pas pratiquer ces tests, il faut qu'ils soient spécialisés.

Comment cela fonctionne?

On effectue un prélèvement.

Puis on analyse ce prélèvement. Or comme on ne peut pas le mettre en culture ni le voir au microscope, on va le multiplier.

C'est comme si on utilisait une photocopieuse agrandisseuse pour qu'on finissent par voir si le virus est présent ou pas.

On photocopie et on agrandit autant de fois que c'est nécessaire jusqu'à ce qu'on finissent pas voir apparaître quelque chose.

C'est la raison pour laquelle on parle de cycle d'amplification.

Le CT (Cycle Threshold) est le cycle seuil, c'est le nombre de cycles utilisé pour dire que le test est positif ou négatif.

cycle.JPG

C'est assez fréquent que nous parlons de 40 cycles pour un test PCR. Cela veut dire qu'on a amplifier 2 exposant 40 le prélèvement de départ, ce qui est considérable.

Le problème de ce test

Le seuil utilisé pour dire c'est c'est bien la covid va être déterminant.

A quel seuil d'amplification allons-nous trouver quelque chose? Comment le déterminons-nous?

Car, le problème est que si on pousse l'amplification jusqu'à se qu'on trouve, on va toujours finir par trouver quelque chose.

On peut toujours aboutir à quelque chose.

Dans l'oropharynx, c'est-à-dire la partie du pharynx située derrière la bouche, là où l'on réalise le prélèvement, il y a des milliards de virus, de bactéries. Même si on a tout fait pour que les amorces du covid restent spécifiques et que ce que nous mettons en évidence, à la fin, correspondent bien à du covid, c'est loin d'être infaillible à 100%.

Le test ne dit pas qu'il y a du SARS-CoV-2, il dit qu'il y a des fragments de gènes qui correspondent au génome initial du SARS-CoV-2 .

Il faut être sûr de ses amorces, et est-ce que nous vérifions chaque fois que celles-ci sont bien bonnes?

De plus, le virus a muté donc les amorces doivent être changés, réadaptés à l'évolution du virus.

Tester que s'il y a des symptômes

Un Test PCR ne devrait être fait que sur une personne que présente des symptômes car c'est une aide au diagnostique.

En tant que tel, chez une personne qui se sent bien, cela n'est pas utile.

Il faut d'abord des symptômes.

On ne fait pas un électrocardiogramme à une personne qui arrive, comme cela, chez son médecin. On le fait que si elle se plaint de la poitrine. Cela devrait être la même chose pour le test PCR.

On part de la personne et on va vers l'examen.

C'est la notion de contagiosité, même sans symptômes, qui a justifiée la nécessité de faire faire des tests à tous le monde. 

Or dans les tests PCR, les cycles sont poussés trop loin. 35-37, c'est déjà trop haut et cela ne signifie pas que vous avez le covid ni que vous êtes contagieux.

Arrêtons de tester tout le monde, tout le temps, partout avec de tels seuils.

Ou alors, baissons les seuils et assurons-nous de la fiabilité de ces tests.

Ou donnons le nombre de CT fait par le laboratoire pour que le médecin puisse analyse.

Un manque de transparence qui questionne

L'absence transparence sur le CT fait que nous pouvons faire dire n'importe quoi aux tests.

On peut même se questionner d'une volonté politique d'avoir le maximum de positifs, en allant à des cycles de 35 ou 40, pour obtenir le plus possible de personnes positives et, du coup, basé une politique sanitaire strict.

 

On va ainsi parler de malades, des gens infectés, contagieuses, quand il s'agit juste de cas positifs car le seuil a été fixé très haut.

Le test ne veut alors plus rien dire.

Aujourd'hui, les CT ne sont pas donnés ni communiqués.

Ce manque de transparence montre qu'il y a bien un problème, que quelque chose est caché.