Une amende record
Activité du marché

Le laboratoire américain Pfizer accepte de payer la plus grosse amende jamais infligée par la justice américaine à un groupe pharmaceutique. Il a été reconnu coupable de pratiques commerciales frauduleuses.

En 2009, le groupe pharmaceutique américain Pfizer a accepté de payer une amende record de 2,3 milliards de dollars pour solder une plainte sur ses pratiques commerciales, ont annoncé mercredi les parties prenantes.

Il s'agit "de la plus grosse amende jamais infligée par la justice américaine dans le secteur de la santé", a souligné le ministère de la Justice dans un communiqué, alors que l'administration Obama cherche à lutter contre la fraude et à réduire le coût astronomique de la santé aux Etats-Unis.

Cet accord définitif fait suite à un accord de principe dévoilé en début d'année. Il porte sur "des pratiques commerciales frauduleuses" concernant l'anti-inflammatoire Bextra, a rappelé le ministère.
 

pfizer.jpg

Le Bextra avait été retiré du marché en 2005, en raison d'inquiétudes sur ses effets secondaires, particulièrement cardiaques. Selon les plaignants, Pfizer "a fait la promotion du Bextra pour plusieurs usages et dosages que la FDA (l'autorités sanitaire, ndlr) avait refusé de valider en raison de doutes sur les risques" associés à cet anti-inflammatoire.

Pfizer était également poursuivi pour pratiques commerciales abusives concernant trois autres traitements: le Zyvox (infections bactériennes), le Geodon (troubles bipolaires et schizophrénie) et le Lyrica (troubles nerveux).

Les avocats des plaignants au civil ont salué le montant record de l'amende.

"Pfizer a ciblé des pédiatres et des adolescents pour étendre la commercialisation du Geodon", citent-ils à titre d'exemple, alors que "la FDA a validé le Geodon pour une population de 18-65 ans".

"Pfizer a régulièrement versé des commissions à ces médecins pour enfants pour qu'ils fassent des présentations promotionnelles à leurs pairs sur les bienfaits du Geodon", poursuivent les avocats du cabinet Kenney Egan McCafferty & Young, dans un communiqué.

L'accord solde les plaintes au civil et au pénal sur le sujet. Pfizer, et sa filiale concernée Pharmacia & Upjohn Company, va verser 1,3 milliard de dollars pour solder le volet pénal de l'affaire, et 1 milliard supplémentaire pour solder le volet civil.

Le ministère de la Justice a salué cet accord "historique", dont l'amende du volet civil doit être reversée aux réseaux publics de couverture santé comme Medicare et Medicaid.

"C'est l'illustration des efforts sans relâche de la Justice pour protéger les Américains", a indiqué le ministère, au moment où l'administration du président Barack Obama tente de faire passer une importante réforme du système de santé.

money.JPG

Les vaccins contre le Covid ont permis à au moins neuf personnes de devenir milliardaires, dont le PDG français de Moderna Stéphane Bancel, et leur fortune cumulée permettrait de vacciner les pays les plus pauvres, affirme ce jeudi 20 mai l’ONG Oxfam.

Ces nouvelles fortunes ont émergé « grâce aux profits faramineux des groupes pharmaceutiques qui ont un monopole sur la production de vaccins contre le Covid », estime Oxfam dans un communiqué publié avant un sommet mondial sur la santé du G20, vendredi à Rome.

Ces chiffres se basent sur le classement du magazine américain Forbes et sont publiés par la « People’s Vaccine Alliance », dont fait partie Oxfam, qui regroupe des organisations et personnalités réclamant la gratuité des vaccins contre le Covid partout dans le monde.

La fortune cumulée des neuf milliardaires cités est de 19,3 milliards de dollars.

Les deux premières fortunes, qui se détachent du lot, sont détenues par le PDG de Moderna Stéphane Bancel (4,3 milliards de dollars) et le PDG et cofondateur de BioNTech Ugur Sahin (4 milliards).

Huit autres milliardaires, dotés de « vastes portefeuilles d’actions » dans des sociétés pharmaceutiques, ont connu une hausse cumulée de leurs patrimoines de 32,2 milliards de dollars

Big pharma

Big Pharma est un terme employé pour désigner l'industrie pharmaceutique dans son ensemble, mais souvent plus précisément les plus gros groupes la composant. Il est notamment utilisé le cadre de la dénonciation du lobbying pharmaceutique.

Le marché pharmaceutique représente 920 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2019. Les cinq premiers groupes à l’échelle mondiale (Johnson & Johnson, Roche, Pfizer, Bayer et Novartis) représentent environ un quart du marché, et seule une vingtaine d’entreprises du secteur dépasse les 10 milliards de chiffre d’affaires. Les dix premières entreprises disposent de 800 000 salariés.

Dans l’industrie pharmaceutique, le secteur des vaccins est très concentré due à la spécificité de sa production et nécessite des investissements considérables (la recherche et développement monte à 20% du chiffre d’affaires) : cinq laboratoires se partagent 80 % du marché : Johnson & Johnson, Pfizer, Merck, GSK et Sanofi. Ce marché représente 27 milliards d’euros en 2019, soit 3 % du marché du médicament.

money4.JPG
money5.JPG