Un bilan bénéfices/risques
très lourd
masque enfant.jpg

Le Premier ministre l’a annoncé jeudi 29 octobre à l’Assemblée : le masque est obligatoire dès 6 ans au sein des établissements scolaires (L’article 36 de l’arrêté du 29 octobre dernier)

 

Les principaux victimes des dommages collatéraux, qui sont largement absentes de la couverture médiatique, sont bien les enfants.

 

Ces derniers devraient pourtant constituer notre première préoccupation et sont en réalité les plus grandes cibles de la période actuelle.


Au protocole sanitaire de distanciation sociale et d’hygiène des mains en vigueur depuis le mois de juin a donc été rajouté le port du masque pour les enfants de 6 à 11 ans depuis le 2 novembre dans toutes les écoles élémentaires de France.

 

Combien de fois l'avons-nous entendu? "Ils s'adaptent"


Cette décision, pour de nombreux professionnels de la santé pédiatrique et de nombreux parents, est une attaque grave au bon développement des enfants, ainsi qu’à leur équilibre psychique et affectif.

A quand une claire analyse de la balance bénéfices/risques de l'obligation du port du masque par les enfants dans les écoles?

Quand les autorités sauront-elles réfléchir et analyser cette obligation, non fondée ???

Quand les écoles, les directeurs, les enseignants prendront-elles la décision de faire remonter la question?

A quand un vrai débat sur le sujet du port du masque chez les enfants dès 6 ans pendant toute la période scolaire ? C’est à dire pendant les récréations, la garderie scolaire et le temps de midi alors de nombreux professionnels de la santé et de l’enfance ont alerté sur les risques d’atteinte à la santé physique et psychique des enfants et qu’il est avéré que les jeunes enfants ne sont quasiment jamais porteurs et encore moins vecteurs de la covid 19.

 

Combien de temps nos enfants devront-ils encore porter ce masque pour des raisons injustifiées ?

​​

Qui a décidé cette obligation ?

Il faut savoir que ce choix a été décidé par M Jean Castex justifiant cette décision par un avis du Haut Conseil de santé publique transmis la veille.

Pour permettre aux écoles de demeurer ouvertes durant le confinement mis en place face à la deuxième vague de l'épidémie, les mesures se durcissent avec l'obligation du port du masques pour les enfants.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pourquoi le masque?

Quels sont les bénéfices ?

Car les enfants sont contagieux ? Non...

La première raison de ce choix serait du à une contagion des enfants.

A la première fermeture des écoles, la question de la contagiosité des enfants a été soulevée.

Le comité scientifique avait estimé que, oui, les enfants pouvaient transmettre le coronavirus SARS-CoV-2

Or, depuis 2021, de nombreuses études affirment le contraire, que la contagiosité des enfants est très faible, que ce n'est nullement au sein des écoles que la propagation du virus se fait.

Car... on ne sait jamais...

C'est bien, aujourd'hui, le principe de précaution qui est appliqué dans la question du port du masque obligatoire pour les enfants.

Site internet "Santé Publique France"

L'importance du rôle des enfants dans la transmission du virus reste mal connue. Si la circulation du virus est bien attestée dans cette population à partir des connaissances produites, la contribution envisageable des enfants à sa dynamique demeure un sujet qui reste débattu.

Site internet "Santé.fr"

 Même si le rôle des enfants dans la propagation du coronavirus s’avérait plus faible que celui des adultes, la transmission par les enfants existe et doit donc être limitée. Par ailleurs, nous manquons encore de données permettant d’identifier des différences éventuelles de contagiosité et d’infection entre les 0-2 ans, les 3-6 ans et les plus grands. Des études portant sur cette question permettraient de guider de manière plus fine les mesures sanitaires concernant les jeunes enfants et leur entourage (famille, crèches, écoles maternelles).

L'ECDC

le Centre européen pour la prévention des maladies (ECDC) appelle  à prendre les résultats avec prudence. "Ces différences restent à confirmer", prévient l'agence européenne qui attend "des études ciblées pour mieux comprendre la dynamique de l'infection et de la production d'anticorps" chez les enfants.

Comprenons : on ne sait jamais, peut-être que... les dernières études ne sont pas forcément suffisantes...

Continuons d'être prudent et de mettre en place le principe de précaution

Quels sont les risques?

Le 6 mars 21, la Coordination Santé Libre, qui est un regroupement de professionnels de la santé (avec Violaine Guerin, Martine Wonner, Olivier Boumendi,l Claire Delval, Charles Dumas, Gérard Guillaume, Philip Keros, Philippe Lacrosse, Michel Le Faou, Eric Mena,t Christian Perronne, Nathalie Resensberg de Andreis, Vincent Relique, Christine Spit,z Claude Veres Ahmed Wadjinny et  Anne Salabelle) alerte sur les masques... à l'école.

Ils font le point sur le rapport bénéfices/risques très défavorable du port du masque à l’école.

Bénéfices

- Principe de précaution

- Peut limiter la propagation du virus.

Risques

- langagiers

- d'apprentissage

- de relation

- psychologiques

- respiratoires

- maux de tête...

- auto-contamination (bouillon de bactéries)

- étouffement

- somnolence

- nausée

- lésions cutanées, acnés

- difficulté de communiquer clairement

- inconfort

- gestion des déchets

- son port ne semble pas complètement protéger contre le virus.

Quelles sont les recommandations de l'OMS à ce sujet ?

Quels effets indésirables possibles ?

Point sur la balance bénéfice/risque du masque chez l'enfant.

​​

Quelles sont les indications du port du masque chez l'enfant selon l'OMS ?

L'OMS recommande le port du masque à partir de 12 ans.

Avant cet âge, il est soit totalement exclu soit assorti de plusieurs conditions.

  • A 5 ans et moins : "Les enfants âgés de 5 ans et moins ne devraient pas être obligés de porter un masque. Cette indication est fondée sur la sécurité et l'intérêt global de l'enfant, et sur sa capacité à utiliser un masque correctement avec une assistance minimale" explique l'agence.

  • De 6 à 11 ans : l'OMS et l'Unicef estiment que la décision de port du masque doit être "fondée" sur plusieurs facteurs : la transmission intense (du virus) dans la zone où réside l'enfant, la capacité de l'enfant à utiliser un masque correctement et en toute sécurité, l'accès aux masques, ainsi que la possibilité de les laver ou de les remplacer dans certains contextes (comme à l'école), une supervision adéquate par un adulte et des instructions données à l'enfant sur le port et le retrait des masques en toute sécurité, selon les incidences potentielles du port du masque sur l'apprentissage et le développement psychosocial, en consultation avec les enseignants, les parents/aidants et/ou les prestataires de santé, et dans les contextes spécifiques ou les interactions particulières de l'enfant avec d'autres personnes exposées à un risque élevé de développer une maladie grave, telles que les personnes âgées et celles souffrant d'autres affections préexistantes.

  • A 12 ans et plus : l'OMS et l'Unicef recommandent le port du masque "dans les mêmes conditions que les adultes, en particulier lorsqu'ils ne peuvent garantir une distance d'au moins un mètre des autres et si la transmission est généralisée dans la zone concernée". 

Quels sont les effets indésirables liés au port du masque chez l'enfant ?

enfant triste.jpg

L'OMS a listé plusieurs effets indésirables liés au port du masque dans le contexte de la pandémie de Covid-19. en juin 2020. Chez les enfants, il peut être "mal supporté"  et représenter des "désavantages et difficultés", reconnait l'agence. 

Liste des "désavantages" liés au port du masque "dans le grand public, par des personnes en bonne santé" établie par l'OMS :

  • risque potentiellement accru d'autocontamination dû au fait de manipuler un masque facial puis de se toucher les yeux avec des mains contaminées

  • autocontamination possible si un masque non médical humide ou sale n'est pas remplacé, favorisant ainsi la prolifération de micro-organismes ;

  • mal de tête et/ou difficultés respiratoires possibles selon le type de masque utilisé ;

  • lésions cutanées faciales, dermite irritative ou aggravation de l'acné en cas de port fréquent et prolongé du masque ;

  • difficulté de communiquer clairement ;

  • sensation possible d'inconfort ;

  • fausse impression de sécurité pouvant conduire à un respect moins scrupuleux des mesures préventives qui ont fait leurs preuves comme la distanciation physique et l'hygiène des mains ;

  • port du masque mal supporté, notamment par le jeune enfant ;

  • difficultés de communiquer en cas de surdité et de dépendance de la lecture labiale.

  • désavantages et difficultés liés au port du masque éprouvés par les enfants, les personnes atteintes de troubles mentaux ou de déficiences développementales, les personnes âgées atteintes de déficiences cognitives, les asthmatiques ou les personnes souffrant d'affections respiratoires chroniques, les personnes ayant récemment subi un traumatisme facial ou une intervention chirurgicale orale ou maxillofaciale, ainsi que celles qui vivent dans un environnement chaud et humide;

  • problèmes liés à la gestion des déchets ; l'élimination sauvage des masques peut entraîner une augmentation du volume des déchets dans les lieux publics, présentant un risque de contamination des préposés au nettoyage des rues et des risques pour l'environnement.

Pour le Dr Nicole Delépine, pédiatre, oncologue et ancien Chef de service à l'AP-HP, le port du masque peut, "s'il dure plusieurs mois avoir beaucoup de conséquences" chez les enfants :

 

- Il y a une perte de facultés respiratoires du coup les enfants somnolent, ne retiennent pas bien en classe. Certains ont la sensation d'étouffer.

- Le port du masque a des conséquences cognitives, sur leurs capacités d'apprentissage, d'écoute, d'attention.

- Il y a aussi les troubles cutanés (peau sèche, eczéma par exemple), des nausées chez certains enfants, et des maux de tête liés à une diminution d'oxygène et à l'augmentation de gaz carbonique."

- Sans oublier que "le masque est un milieu de cultures énorme en particulier en ce moment où il pleut. Vous avez des masques mouillés qui sont des bouillons de bactéries et éventuellement de champignons" (un masque mouillé doit être jeté et remplacé sans attendre).

 

Une balance bénéfice-risque complètement défavorable

Une préconisation médicale se fait sur la balance bénéfice-risque" , rappelle le Dr Delépine,

 

Or il existe peu de données probantes sur les avantages.

Par contre, les risques et les effets nocifs du port du masque par les enfants pour atténuer la transmission de la Covid-19 sont clairement nombreux.

 

Le Dr Delépine explique que :

 

"Si on nous disait que le masque donne mal à la tête mais qu'il peut protéger, les gens le toléreraient mieux. Tandis que là on voit bien que ça donne des effets secondaires alors que son port ne protège pas contre le virus. Beaucoup de gens ont commencé à le comprendre ne serait-ce que parce que c'est marqué sur les boîtes"

 

De plus, selon elle, "ce masque n'a aucune justification car les enfants ne transmettent pas le virus ni aux adultes, ni aux enfants". Une étude publiée par l'Institut Pasteur et menée sur 1 340 personnes a effectivement montré que la majorité des enfants infectés et allant à l'école le seraient par l'intermédiaire d'une exposition intra-familiale à un cas suspecté ou confirmé chez un adulte.

 

Le ministre de la Santé Olivier Véran confirmait lors d'une conférence de presse le 17 septembre que "les enfants jeunes sont peu actifs dans la chaîne de transmission du coronavirus, le risque de transmission existe principalement d'adulte à adulte, d'adulte à enfant mais rarement d'enfant à adulte et d'enfant à enfant" .

 

enfant masqué2.jpg

L'OMS reconnaissait en juin 2020 que l'élaboration de politiques par les autorités nationales doit être guidée par (...) l'intérêt supérieur de l'enfant, sa santé et son bien-être".

 

Elle conseille aussi aux autorités qui décident de le recommander chez les enfants de recueillir ensuite "des informations clés (...) pour accompagner et surveiller la mise en œuvre de cette mesure" (incidence du port du masque sur la santé de l'enfant, y compris la santé mentale, réduction de la transmission du virus, conséquences pour les enfants présentant des retards de développement, des problèmes de santé, un handicap ou d'autres vulnérabilités).